A propos des plantes invasives (et des espèces animales)

"Les services publics, les paysagistes… et leurs clients...  sont responsables de l’introduction d’espèces exotiques qui s’échappent et colonisent de nouveaux milieux, comme les griffes de sorcière (photo ci-dessous) qui envahissent les espaces littoraux entre autres..."
Les griffes de sorcières sont passées du camping à la falaise

Ce préambule et les deux paragraphes suivants (surlignage jaune) sont extraits d'un dossier Futura-environnement : "Les plantes invasives" signé de Claire König.
Je les copie car les différents mécanismes sont résumés dans ces quelques phrases :

L'invasion des plantes résulte d'actes humains volontaires ou non, issus d'importations commerciales, suivies de disséminations incontrôlées. 
Le mécanisme d'invasion est toujours le même :
 ces populations doivent leur important développement aux faibles pressions qu'elles subissent en matière de prédation, de concurrence et de parasitisme dans des milieux qui sont nouveaux pour elles.
            En ce qui concerne par exemple les Carpobrotus (griffes de sorcière) ils ont été consommés dans leur pays d'origine, feuilles comme figues, et leurs vertus médicinales sont utilisées.
            Importés dans la seule optique de couvre-sol et de fixation des dunes, ils n'ont quasiment pas trouvé de consommateur animal pour s'intéresser à eux, bien qu'ils ne soient donc pas toxiques, car la plupart des plantes de la famille (Aizoacées) viennent d'Afrique australe et n'existent sur notre sol que depuis peu, et souvent dans des jardins clos.
(La tétragone a été rattachée à cette famille)



Parasites des espèces exotiques : les risques
Il y a trois grands risques provenant des parasites des espèces exotiques :
  • un parasite peu nocif de l'essence exotique dans son habitat d'origine peut se trouver introduit avec elle et devenir très dangereux dans les conditions nouvelles ;
  • l'essence exotique peut aussi rencontrer, dans son nouveau milieu, un parasite vis-à-vis duquel elle n'a pas de résistance ;
  • un parasite d'une espèce exotique peut être introduit et être très nocif pour un arbre indigène. 
(sur ce dernier mécanisme, il peut s'appliquer de même aux animaux -et donc aux humains! -
avec un animal introduit, porteur sain d'un parasite ou d'un virus par exemple, qui ne lui est pas mortel, mais qui va s'attaquer fatalement aux populations locales: 
* exemple animal, avec la coccinelle asiatique contaminant les coccinelles indigènes (voir aussi plus bas: Varroa >abeille domestique)
* exemple humain, avec les populations amérindiennes ravagées par la variole arrivée avec les Européens
Le phylloxera ne causait aucun souci en Amérique, sur les plants locaux qui le toléraient - et qu'on a appelé finalement à la rescousse.
L'importation avec ces plants (par des scientifiques ou des collectionneurs, et involontairement)
de cet insecte, au cycle complexe, tantôt racinaire, tantôt foliaire (ci-dessus des galles foliaires),
est passée inaperçue.
Mais c'est bien de là qu'est partie l'épidémie catastrophique qui s'est étendue à tout le vignoble français à la fin du XIX siècle.



Les phénomènes d'invasion biologique sont aujourd'hui considérés par l'ONU comme une des grandes causes de régression de la biodiversité, avec la pollution, la fragmentation écologique des écosystèmes et l'ensemble constitué par la chasse, la pêche et la surexploitation de certaines espèces. (article de Wikipedia: les espèces envahissantes)

J'avais déjà signalé ici (à compléter) différents inventaires d'exemples locaux, car chaque région a ses combats, tant côté plantes que côté animaux.

De nombreuses configurations se rencontrent lorsqu'on les lit:

*pullullations d'animaux ou de plantes directement dangereux pour l'homme 
- exemples: ambroisie (très allergisante), moustique tigre (vecteur du chikungunia)...

*animaux qui s'attaquent à d'autres animaux :
 - frelon asiatique et Varroa destructor, par exemple, auxquels les abeilles européennes paient un lourd tribut, alors qu'ils posaient peu de problèmes à cette abeille asiatique

*animaux ravageurs d'une espèce végétale ou de plusieurs

*plantes qui éliminent d'autres plantes, 
  en prenant leur place sur un espace, accaparant sol, eau, lumière,
  avec des conséquences sur la biodiversité, pouvant ainsi éliminer des animaux, insectes notamment, qui dépendaient exclusivement des plantes évincées 
  et des conséquences économiques immédiates, par exemple les plantes non comestibles ou même toxiques envahissant les pâtures et prairies de fauche 
  et parfois même en secrétant des substances empêchant la germination des autres plantes. 

Toute introduction dans un système -qui s'équilibrait au fil du temps- d'une espèce étrangère sans son prédateur dans un milieu propice (conditions de vie favorables) rompt l'équilibre et donc est susceptible de provoquer un désastre.
C'est pourquoi les gouvernements et les régions éditent des lois et des brochures d'informations, pour tenter de limiter les risques.

Le réchauffement climatique et les échanges inter-continentaux apportent leur lot d'introduction malheureuses mais involontaires, n'en rajoutons pas en adoptant un comportement responsable :
respectons bien sûr les interdictions de transport ou de relachements (NAC),
mais surtout privilégions les espèces locales bien intégrées et utiles aux insectes d'ici pour nos jardins, privés ou publics !

 °+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°
PS
nouvel exemple:  
Phytolaque 
13/09/2014 rencontrée ce matin à l'état sauvage dans une vigne bien entretenue,dans l'arrière-pays à Banyuls-sur-Mer(66)

 °+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°
Pyrale du buis et cynips du châtaignier (dryocosmus kuriphilus)
http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/13/2104047-apres-le-frelon-asiatique-la-chenille-chinoise-arrive.html 
http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/18/2106733-pyrale-du-buis-le-service-espaces-verts-vous-informe.html 

°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°
grenouille rieuse (Rana ridibunda)
sa photo

http://www.liberation.fr/jour/2008/01/19/et-croit-la-grenouille-rieuse_62988
http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/Grenouille-rieuse.html

°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°

photo d'Emmanuel Douay -cliquer ici pour agrandir

"de loin ça ressemble à un acacia, mais la fleur est en cône, buisson de 1,5 m altitude 250m, bord du Gardon, Gard, Cévennes"

Amorpha fruticosa - voir les détails en commentaires dans la page de la photo

ou: http://invasives.les-gardons.com/wikini/wakka.php?wiki=AmorphaFruticosa



Le problème est évidemment bien plus grave pour les milieux insulaires et les milieux de superficie limitée, aux conditions particulières, tourbières, littoraux, ripisylves, alpages...

La réglementation s'y doit d'être exigeante, quitte à contrarier des intérêts particuliers, et assortie d'un contrôle rigoureux
http://especes-envahissantes-outremer.fr/pdf/guide_plantes_envahissantes_polynesie.pdf


°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°



EXEMPLES ANIMAUX


CREPIDULE



A partir de l'exemple de la prolifération de cette espèce américaine, étudiée notamment en rade de Brest, Antoine Carlier de l'Ifremer décrit dans cette conférence  
les étapes d'installation et prolifération des espèces invasives en général,
 et la stabilisation généralement observée à terme
avec ces constats:
"Les espèces invasives sont une des causes majeures de modification de milieux naturels"
"L'éradication à terme est illusoire"
"On ne retrouvera jamais l'état écologique qui a précédé l'invasion"


1 commentaire:

  1. Malheureusement, encore une illustration ici:
    http://www.flickr.com/photos/39493003@N00/10569386233/in/contacts/
    Merci Martine

    RépondreSupprimer

Merci d'enrichir le sujet si vous en savez plus que moi, y compris pour me signaler des erreurs.
Liens vers autres documents bienvenus.
- les petits bonjours font plaisir aussi !

Et pour ceux qui aimeraient un commentaire sans laisser d'adresse de site (Bien sûr, on peut = sous statut "Anonyme") ça n'empêche pas de signer de votre pseudo ou prénom.
Merci à tous

NB: j'ai choisi la modération des commentaires, suite à spam et autres
... Un peu de patience, dès que je serai avertie du message je le ferai apparaître